Histoire du Café Royal Londres
Histoire du Café Royal Londres
Histoire du Café Royal Londres
Histoire du Café Royal Londres
Histoire du Café Royal Londres
Histoire du Café Royal Londres

Hôtel Café Royal, toute une histoire

En 1863, un négociant en vins français du nom de Daniel Nicolas Thévenon et sa femme Célestine fuient Paris pour l’Angleterre dans l’espoir d’échapper aux griffes de leurs créanciers. C’est ainsi que commence l’histoire du Café Royal, né de la banqueroute d’un homme pour devenir une institution de la capitale britannique.


Daniel Nicholas Thévenon

Daniel Nicolas Thévenon commence par se donner des accents britanniques en changeant son nom en Daniel Nicols. À peine deux ans après son arrivée, il ouvre sur Regent Street un établissement né de son imagination : le Café Royal. C’est pourtant aux mains de son gendre que le négoce familial acquiert ses lettres de noblesse. À la fin du XIXe siècle, le Café Royal est connu pour son originalité, un établissement en tout point remarquable, doté de ce qui était probablement l’une des meilleures caves à vins du monde.

La meilleure cave à vins du monde

Peu de temps après l’ouverture de l’établissement, Daniel Nicolas entre en contact avec son cousin, Eugène Delacoste, qui réside en Bourgogne. Delacoste est réputé pour sa connaissance des meilleures appellations et, armé de cette passion œnologique et d’un palais des plus délicats, il choisit personnellement chacune des bouteilles de vin servies au Café Royal. Cette cave à vins, si soigneusement composée, atteint rapidement une renommée internationale.

En hommage à l’Histoire du Café Royal, l’hôtel continue de proposer une carte de vins exceptionnelle, composée des nectars de l’ancien et du nouveau monde, en mettant toutefois l’accent sur les régions françaises

Regent Street

Imaginée par John Nash au début du XIXe siècle, Regent Street présente une architecture homogène, telle qu’il en existe peu à Londres. À l’origine connue sous le nom de New Street, l’artère georgienne est, par la suite, rebaptisée en l’honneur de Georges IV, alors prince-régent. Lorsque le Café Royal ouvre ses portes au sud de la rue en 1865, les célèbres maisons en enfilade bordées de colonnades conçues par Nash constituent une nouveauté. Elles sont aujourd’hui encore emblématiques du centre de Londres.

À travers les époques, le Café Royal a toujours donné le ton de la vie mondaine londonienne. Attirant une clientèle illustre, composée d’artistes, de célébrités et de membres de la haute-société, il s’est imposé sur la scène sociale londonienne et reste depuis plus d’un siècle un lieu-phare de la capitale.


Quand les grands esprits se rencontrent

Fréquenté par des écrivains et des artistes tels qu’Oscar Wilde et Aubrey Beardsley, les conversations, inspirations et discussions au Café n’étaient jamais anodines. Arthur Conan Doyle, Herbert George Wells, George Bernard Shaw, Rudyard Kipling, W.B. Yeats, Walter Sickert et James McNeill Whistler comptèrent au nombre de ses illustres clients.

Des personnalités éminentes telles que Winston Churchill, Augustus John, D. H. Lawrence, Virginia Woolf, Noël Coward, Jacob Epstein et Graham Greene s’y sont également montrées.

Des rock stars aux membres de la famille royale

Des membres de la famille royale s’entichèrent également de l’endroit. Le prince de Galles qui, sous le nom d’Édouard VIII, décidera d’abdiquer pour épouser Mme Simpson, et le duc d’York, futur Georges VI, déjeunaient régulièrement au Café, tout comme feu Diana, princesse de Galles.

Les grands de ce monde se précipitaient encore au Café au milieu du XXe siècle. Le charme sensuel de Brigitte Bardot, le rendez-vous romantique de Richard Burton et d’Elizabeth Taylor, parée de ses plus beaux bijoux, ainsi que les apparitions inoubliables des étoiles de la musique et du sport, telles que Louis Armstrong et Mohamed Ali, faisaient partie du quotidien au Café.

En 1973, David Bowie s’y sépara de son célèbre alter ego, Ziggy Stardust, lors d’un « dernier souper » qui réunit toutes les stars du moment. Mick Jagger et Lou Reed, rocks stars parmi les rocks stars, figuraient parmi les convives.

Boxe

En 1951, le Café Royal devint le siège du National Sporting Club, qui y organisait de splendides dîners de gala avant les combats de boxe, auxquels assistait régulièrement Mohamed Ali. C’est aussi en ces lieux que les fondateurs du National Sporting Club, le comte de Lonsdale et le cinquième marquis de Queensberry, y élaborèrent les premières règles de la boxe anglaise en 1867.

Pour rendre hommage à ce haut lieu de la boxe et à l’Histoire de l’Hôtel Café Royal, le Centre holistique de bien-être Akasha offre des cours individuels ou collectifs de Box Fit et Fight Club.

  • The SET
  • Hotel Cafe Royal - London
  • Conservatorium - Amsterdam
  • Lutetia - Paris
Arrivée Départ
1 Chambre, 2 Adultes
Réserver Meilleur Tarif Garanti
Adultes Enfants
Chambre
Appelez
Réservez un séjour
Voir sur la carte